Programme national de développement local

Financement

Financement du développement local

Le PNDL ambitionne de promouvoir un développement économique et social des collectivités locales, en vue d’améliorer les conditions de vie de populations, tout en les mettant au cœur de la planification, de la programmation, de la mise en œuvre et de l’évaluation des programmes de développement local.

Le financement du développement local s’effectue par le biais d’un instrument financier dénommé « Fonds de développement local ». Les réalisations s’opèrent donc à travers la coproduction entre les différentes structures, ARD, services techniques et secteur privé au profit des collectivités locales.

Aujourd’hui, près de 40 milliards FCFA sont investis dans le cadre de l’appui budgétaire pour le financement de 5100 microprojets dont les 67% concourent à l’atteinte des OMD.

Six années, après l’expérimentation du fonds de développement local, il est noté quelques enseignements :

  • Confortées dans leur rôle de Maitre d’ouvrage, avec un accompagnement ciblé et permanent, les collectivités locales ont acquis et développé, par la pratique, des capacités de management territorial et une certaine maîtrise de la conduite des processus techniques et méthodologiques s’y rattachant ;
  • la mobilisation de la contrepartie dans sa totalité et la participation des populations à toutes les phases révèlent la rencontre d’une volonté politique soutenue et d’un engagement citoyen responsable autour du développement local en général, et de la délivrance de services publics en particulier ;
  • une prise de conscience des acteurs relativement aux enjeux environnementaux avec l’adoption progressive des procédures techniques de tri préliminaire (screening) des microprojets et l’institutionnalisation des comités régionaux de suivi environnemental et social par arrêtés des gouverneurs de région ;
  • La mise en œuvre du FDL a permis l’émergence et la consolidation d’un secteur privé local, les artisans et les tâcherons des différents corps de métier se sont structurés davantage. Plus de 2700 contrats ont été signés entre les CL et le secteur privé local, confortant ainsi 5500 emplois environ, et créant un nombre important d’emplois temporaires de l’ordre de 13.500 environ.
  • l’appropriation collective des investissements et des infrastructures et le taux de satisfaction des bénéficiaires de 93,6% témoignent de la pertinence des orientations du Projet à s’investir dans les services sociaux de base, qui, à l’arrivée correspondent exactement aux priorités sectorielles identifiées par les populations, et prises en charge par les collectivités locales ;

-  la mise en œuvre du Projet a confirmé que la vocation du PNDL d’être un cadre fédérateur pouvait se réaliser à toutes les échelles, dans la mesure où dans certaines localités, des partenaires des collectivités locales ont participé à la coproduction d’infrastructures, tout en utilisant les mécanismes du programme ;

-  le dispositif institutionnel de la décentralisation et les relations entre les différentes catégories ont été éprouvés et améliorés par la mise en œuvre du projet, si l’on considère le travail réalisé par des ARD dopées par la restructuration, l’implication du Trésor et des divers services techniques déconcentrés, ou encore la contractualisation des collectivités locales avec les OCB et le secteur privé ;

-  l’appui budgétaire avec l’ouverture d’un compte spécial pour recevoir les ressources allouées aux collectivités locales et l’utilisation des procédures budgétaires nationales d’exécution des dépenses, porte en lui-même les germes de sécurisation et de pérennisation du financement des processus de développement local.

  • Investissements réalisésAu total 3 513 microprojets identifiés dans les 880 conventions de financement signées ont fait l’objet de réception provisoire. Les collectivités locales ont réceptionné définitivement 2 830 (...)

Vidéothèque

  • Videotheque
Contact | Plan du site